Horaires de visite

Juillet-Août :
du lundi au samedi
14h30-18h30

Journées Patrimoine :
dimanche 20 Septembre
14h00-18h00
Actualités
Environnement
Histoire
Organisation
Salles d'apparat
Salles de service
Jardins
Décor
Occupants

Infos pratiques
Animations
Accès et contacts

Galerie
Livre d'or
Les espaces environnementaux

L’une des particularités de la villa gallo-romaine de Mané-Véchen est l’importance, en superficie, des espaces purement environnementaux : la cour centrale, la cour méridionale, le patio et le jardin intérieur.

Plan réactif des espaces environnementaux
(Cliquez sur les espaces "verts" pour accéder au paragraphe approprié)


De vastes cours

La cour centrale
La "villa" maritime de Mané-Véchen est constituée de trois ailes qui s’organisent autour d’une grande cour centrale donnant sur la ria. La cour est dépourvue de portique de façade, ce qui pose la question de la circulation d’une aile à l’autre. Lors de la campagne de fouille de 2005, une structure hexagonale, très arasée,  a été découverte au centre de la cour. La fonction de cette structure, dont la fouille doit se poursuivre en 2006, n’est pas encore identifiée.
La structure hexagonale au centre de la cour
 
La cour méridionale
La villa compte une seconde cour située au niveau de la pointe méridionale du promontoire. La fouille de cet espace est prévue en 2007 ; en l’état actuel du terrain, aucune construction d’importance n’est perceptible. Cette cour, apparemment dépourvue de sol aménagé, était isolée de l’extérieur par un mur de clôture. Lors de sondages effectués en 2005 le long de la galerie ouest, deux fosses jumelées ont été mises au jour. En l’attente d’analyse des sédiments, l’hypothèse privilégiée est celle de fosses de plantation, d'autant qu'un pot horticole y a été découvert.
Fond de pot percé (vraisemblablement à usage horticole)
 

Les jardins intérieurs

Le patio
La "villa" comporte - dans l’aile Sud - un patio ou petit jardin intérieur entouré de salles et de galeries. C’est à l’intérieur de cet espace qu’a été découvert, dans les années 1970, un important trésor monétaire : près de 22000 monnaies enfouies dans 5 vases, soigneusement calés et munis de bouchons. Ce dépôt, dont l’alimentation a cessé vers 280, est le résultat d’une thésaurisation progressive ; il constituait en quelque sorte le coffre-fort du site. Confier ses économies à la terre, en lieu sûr, si l’on choisissait de ne pas investir, était une pratique courante dans l’Antiquité, recommandée notamment par Sénèque
(« Trésor profondément enfoui que tu ne déterreras qu’en cas de nécessité ». Sénèque, De vita beata, XXIV, 2).
Le patio
 

Le jardin intérieur clos
L’aile nord de la villa comporte un vaste jardin intérieur de 10 m par 20 m environ. Celui-ci dispose de deux entrées : l’une située à l'Est permet un accès depuis la villa par le "vestibule" ; l'autre, plus importante, au Nord, permet d'accéder par une rampe de blocs de granite. Le jardin était ceint de murs de près de 6 m de haut : les fouilles archéologiques ont en effet révélé des alignements de pierres correspondant aux assises du mur Nord versé à l'extérieur. Le jardin s’organise en deux espaces majeurs : au Sud, des plantations, probablement des massifs arbustifs et floraux signalés par la présence de fosses, et, au Nord, une structure circulaire très arasée interprétée comme un éventuel triclinum d'été.
Le jardin intérieur
Parement extérieur du mur basculé au Nord du jardin
 


Contenu du site placé sous licence Creative Commons by-nc-sa 2.0
à l'exception des photos, plans et images (tous droits réservés)